Triathlon MTL 2016

texte : Mario Hamel - photo : Gophrette Power

 

Une troisième 3ième place! Triathlon Olympique ITU de Montréal, cinquième étape de la Coupe du Québec, deuxième course en huit jours, et c'est chez moi que ça se passe aujourd'hui.  Il fait beau, la famille ainsi que les amis sont au rendez-vous pour m'encourager et me voir aller à l'extérieur d'un cockpit.  Ce triathlon est un bel événement pour les spectateurs puisqu'ils nous verront passer six fois en vélo et six autres fois à la course à pied. Curieusement,  je me mets un peu plus de pression sur les épaules à l'idée de courser ici devant "ma" gang, sachant qu'un podium est presque hors de portée à cause du niveau des athlètes présents.  De plus, pour augmenter le niveau de stress, c'est à 21hr la veille qu'on me fait remarquer que j'ai fait le mauvais choix de roues pour ce parcours…   ☹

Le matin de la course, je suis en mission : tassez-vous de mon chemin,  j'arrive tôt à la zone de transition avec l'espoir de changer de roue mais l'opération s'avère trop compliquée considérant qu'il faut aussi ajuster les freins et tester le tout.  Faudra vivre avec cette erreur aujourd'hui.  J'installe donc mon équipement et ma nutrition, je m'échauffe un peu, je prends une grande inspiration et je me dirige à la ligne de départ.

Le départ de la nage se fera à partir d'un plongeon alors je profite de la séance d'échauffement pour pratiquer ça.  Premier plongeon ; les lunettes se remplissent d'eau et je perds mon précieux pince-nez!  Rien ne va plus.  Je resserre les lunettes et après quelques pratiques tout rentre dans l'ordre mais je devrai nager sans pince-nez. Le départ est finalement donné, 20 minutes en retard.  La partie nage se déroule bien et je sors de l'eau satisfait. J'entame alors le 40km de vélo le couteau entre les dents, essayant d'oublier mes problèmes de roues et de pince-nez.  Six boucles, beaucoup de coins de rues, mais surtout une surface qui laisse à désirer : on est dans les rues de Montréal... Tout se passe bien jusqu'au dernier tour.  Les jambes semblent en forme, le parcours est difficile mais j'aime bien revenir devant la foule à chaque 12 minutes.  Je reçois aussi les encouragements de nos amis de chez Naäk et de coach Bart stratégiquement placés le long du parcours. Malheureusement, au début du sixième tour,  un moment d'inattention coin St-Laurent et St-Antoine, une vitesse un peu trop élevée, des nids de poule à éviter, et une rafale de vent au mauvais moment auront eu raison de moi et avant même de réaliser ce qui m'arrive je suis étendu sur le bitume et je constate les dégâts. Je repars avec un dérailleur défectueux et un peu moins de peau sur mon genou, ma hanche et mon épaule.  Je vous confirme que l’épilation par abrasion c’est beaucoup plus efficace que le laser!  Avec des raideurs aux articulations ça s'annonce intéressant pour la course à pied.  Heureusement l'adrénaline est au rendez-vous et les encouragements de ma gang me font passer outre la douleur.  Je complète ma dernière boucle de vélo et je termine le 10k de course au pace voulu et avec un sourire!

Je traverse finalement la ligne d’arrivée très satisfait avec un chrono de 2hr22 ce qui me permet de monter sur la troisième marche du podium de ce championnat québécois distance Olympique. Plus que deux mois maintenant avant la grande danse de Kona.  Juste assez de temps pour panser mes blessures et peaufiner ma préparation.